Pourvu qu’en la Médecine Générale encore tu crois

Par Bacchus, si le verre à moitié vide, toujours tu vois,

Alors, La médecine omnipraticienne que tu pratiques te déçoit.

Ridiculisé par l’obligation de la mention manuscrite « non substituable »

Dévalorisé dans tes actes par une tarification déraisonnable,

Investir dans un secrétariat, l’idée tu abandonnes,

Et dans l’administratif un peu plus encore tu te donnes.

Ton « burn-out », est ce que à temps tu te le dépisteras ?

Tandis qu’inexorablement de ta famille tu t’éloignes malgré toi.

Les scandales Pilules 3G, Médiator et Cholestérol t’éclaboussent.

PSA ? Les dépistages biaisés de ta rigueur scientifique te détroussent.

La sécu t’étrangle, le mètre carré délire, le désert médical avance,

Les patients sont plus miséreux, tes confrères en partance.

Chaque jour plus submergé par les demandes, isolé dans ton travail,

Les lapins s’accumulent, et certains spécialistes dédaigneux te raillent.

Corvéable à merci ? Avec les certificats d’aptitude sans nul doute,

Mais devant un patient souffrant, ne fais jamais fausse route,

Car au plus bas de l’énergie, du moral que tu sois,

Traiter sa souffrance, ta priorité toujours restera.

Mais difficile d’éviter la syntonie, lorsqu’on est empathique,

Et cette famille en détresse, ce patient en état critique,

Ses maux résonnent sans fin dans ta conscience,

Martèlent ton esprit, ébranlent ta confiance.

Un sacerdoce, sans doute, mais à quel prix ?

Si en sus de ta famille,  ta santé immanquablement tu sacrifies.

L’équilibre un jour tu trouveras ? Je te le souhaite,

Tel le Graal, indéniablement, c’est une longue quête.

Entre ta famille et tes patients, un hobby, une passion,

Tu répartiras les contraintes et les joies, la solution ?

Pourvu qu’en la Médecine Générale encore tu crois,

Et que par Bacchus, le verre à moitié plein, un jour tu vois.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Pourvu qu’en la Médecine Générale encore tu crois »

  1. Laissez Bacchus avec son verre à moitié vide, voyez toujours le vôtre à moitié plein et surtout ne soyez jamais tenté de le vider ! Vous, médecins (généraux et spécialistes) : faites nous part à nous, patients de la façon pertinente de vous aider et de nous aider par la même occasion.
    Mon MG a refusé pendant longtemps d’utiliser la carte vitale car si je me souviens bien : il y avait un chantage ou un compromis avec un labo qui leur fournissait PC et imprimante ( il est vrai que je ne sais plus bien le point de départ de sa résistance …) mais je l’ai soutenu en payant mes consultations à chaque fois plutôt que de pratiquer le tiers payant ( rien de grave pour nous patients si ce n’est attendre le remboursement : pas de souci dans mon cas !)
    Quand aux lapins (qui vous font perdre du temps et privent d’autres patients de votre attention) : ne pouvez-vous pas faire des listes noires ou des signalements à la sécu afin de faire comprendre à ces patients ( souvent toujours les mêmes ! je pense) que JUSTEMENT vous n’êtes pas corvéables à souhait ! Ils ont tous au moins un téléphone (fixe, portable, ou les 2 ou plusieurs de chaque !) pour annuler un RDV ou le reporter …
    Je n’évoquerai que très peu la sécu !!! où les efforts de communication à faire sont énormes : il a fallu que je tape du point sur la table pour qu’enfin lors d’une visite chez un médecin conseil de la sécu, on réunisse sous mon seul et même nom les 3 dossiers (tous connus sous mon seul et unique numéro de SS ) : j’en avais un qui datait de ma jeunesse quand je vivais chez mes parents, un autre quand j’étais étudiante et un 3ème depuis que j’étais salariée : 3 dossiers distincts avec un seul et même nom et un seul et même numéro de SS ! Et je recevais des courriers des 3 caisses : exemple le renouvellement de mon 100 % faisait l’objet de 2 courriers distincts avec des dates de validités différentes : ce qui m’a valu de passe pour une folle auprès du médecin conseil jusqu’à ce que je lui pose sous le nez les courriers reçus : !!! et là motus et bouche cousue : tout est rentré dans l’ordre et ce n’était pas faute de l’avoir maintes fois signalé !!! M’enfin le clou de l’entretien a quand même été la question du médecin conseil : « d’où vous vient cette prise en charge à 100 % ? êtes-vous sûre de toujours y avoir le droit  » j’ai alors ironiquement répondu (car la colère grondait en moi !) : « hé bien, je suis toujours diabétique et je pense que le diabète est toujours pris à 100 % » et là du tac au tac, elle m’ a répondu « ah , je n’ai pas ça dans mon dossier, votre diabète est récent ? » d’où ma réponse ironique  » tout dépend de ce qu’on appelle récent … car pour moi 27 ans de diabète ça commence à faire !!! »
    IL FAUDRAIT PEUT ETRE QUE LE MINISTRE DE LA SANTE Y FASSE DU MENAGE !!! et investisse dans des logiciels un peu plus performants et que tous les centres de SS soient en réseau pour mieux communiquer entre eux et éviter de traîner des dossiers obsolètes ! Mais pour nous patients, écrire au ministre de la santé est peine perdue : aucune suite donnée à l’e-mail envoyé à monsieur Xavier Bertrand à l’époque …

    Soyez conscient de ma reconnaissance envers votre profession, votre dévouement et sachez que je ne vous envie pas et m’insurge chaque fois qu’on parle des médecins comme des privilégiés ! Votre seul privilège selon moi a été de pouvoir faire aboutir votre envie de devenir médecin , je pense qu’ ensuite DESILLUSION remplace PRIVILEGE !

    Merci à vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s