« Vous plaisantez, j’espère »

punchingball

C’est la rentrée, tandis que les feuilles des arbres résistent vaillamment aux premières intempéries de septembre, celles noircies par la belle écriture des  médecins pour  « non-contre-indication-apparente-à-la-pratique de… » s’accumulent sur les bureaux.

Madame Dévouée a 3 enfants. Trois charmants garçons qui ont de l’énergie à revendre. Comme tous les ans elle les inscrit à des activités sportives. L’ainé au tennis, le cadet au handball, le benjamin au karaté. «  Allez, hop, ça les calmera ! » …Bon, ça ne les calme pas du tout mais ils aiment y aller, et maman et papa aiment sans doute les conduire : le premier ira le lundi soir au centre R.Garros, le deuxième se présentera le mercredi après midi au gymnase Colette Besson, et le troisième investira la salle Marcel Cerdan le vendredi soir …

Comme tous les ans Madame Dévouée sait que cela va être la foire d’empoigne aux moments des inscriptions lors du premier samedi de septembre, car pour certains sports, les places sont rares, donc très convoitées. Comme elle sait que la cohue sus décrite est transposable au cabinet médical, elle a pris les devants, et dès fin juillet, a pris contact auprès du secrétariat du cabinet: un rendez vous a été fixé le 30 août 2013 pour les trois chérubins. Madame Dévouée est organisée.

Le jour J, le toubib comme tous les ans, a profité de cette rencontre médicale pour refaire un point des paramètres à surveiller, la courbe de croissance, les habitudes alimentaires, les vaccinations, les allergies, le rachis, les protocoles « P.A.I. », la vision,  liste non exhaustive… le certificat n’étant finalement qu’une bonne excuse pour assurer un suivi, et de dépister notamment certaines scolioses potentiellement évolutives.

Avec le temps le médecin est devenu un peu psycho-rigide, plus avisé. A une époque, submergé comme aujourd’hui par une importante activité au cabinet, il avait cédé à la facilité : nombreux certificats étaient faits entre deux, dans le couloir, pat téléphone, par mail… «  oui, oui doc, vous m’avez vu il y a quelques semaines rappelez vous, c’est juste pour m’inscrire à… Merci Doc »… Mais les années l’ont rendu plus sage, plus prudent, et malgré une activité soutenue, a exigé de ses patients qu’ils respectent la loi, la réglementation. Le certificat, s’il est médicalement justifié, sera signé à la date de l’examen correspondant à cette « apparente non contre indication ».  Durex lex sed lex. Aucune dérogation possible. Si le risque médical/santé est faible, il est réel, et  le risque déontologique est certain. Le médecin n’a pas à prendre sur lui  pour dépanner ou satisfaire aux exigences parfois farfelues des clubs sportifs.

Monsieur Pugnace administre les clubs de sports de la ville. Madame Dévouée se présente ainsi ce premier samedi du mois de septembre 2013 au gymnase pour les inscriptions tant attendues. La file était longue, et après une attente d’une heure, la voilà enfin devant Mr Pugnace.

« Le dossier rempli, ok…la photo d’identité, ok…, le règlement signé, ok … le chèque, ok….le certificat médical … ah, non, il faut qu’il soit postérieur au 1 er septembre….Non, non madame, je suis désolé, pas d’exception… Le 30 août ne passera pas. Oui je comprends mais NON. Demandez à votre médecin, mais moi je ne peux l’inscrire et ne peux bloquer une place. S’il n a pas son certificat ce jour daté après le 1 er septembre , je ne peux l’inscrire. Oui je sais que cela fait trois ans qu’il joue au tennis, mais il y a beaucoup de demandes, et le règlement de l’association est formel… il ne travaille pas le samedi après midi, votre doc ? Ce n’est pas mon problème… Au revoir madame… »

Quelques jours plus tard j’ai refusé de signer : « Je soussigné, Docteur Toubib92, certifie que l’état de santé de Monsieur Dévoué, examiné ce jour, ne présente pas de contre indication apparente à la pratique de la boxe en loisir.», mais …

pendant que Monsieur Dévoué se défoulera sur un punchingball, je me chargerai d’appeler ce triste individu qui aura fait en un samedi  beaucoup d’autres « victimes »…

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Vous plaisantez, j’espère » »

  1. Peut-être que si tu nous donnais les coordonnées de M.Dévoué, je pourrais le rejoindre un soir : j’ai quelques copains albanais !
    Bon courage pour lundi, lorsque tu vas te heurter au mur de connerie que représente M.Psychorigide/Chefaillon. C’est une noble cause, et même s’il va t’opposer un mur de vertu règlementaire, ce genre d’intervention porte ses fruits. Si jamais il n’entend rien de tes propos, il m’est arrivé de parler au « chef » de ce genre de monsieur, et là en général il y a une meilleure réception du message.

  2. Ping : "Vous plaisantez, j'espère" | ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s