Mon oncle, mon confrère

cabinet

 

Lorsque tu invitais ton patient à pénétrer dans le grand bureau du cabinet de consultation, c’était toujours un accueil chaleureux, souligné par un sourire bienveillant, entonné avec une pointe d’accent qui rappelait ta naissance méditerranéenne.

Par ton empathie, ta bonne humeur constante, ta disponibilité, tu privilégiais toujours le contact humain.

La qualité de ton diagnostic, de réputation régionale, et la qualité de ton écoute faisait de toi un médecin très apprécié, aimé et très sollicité.

Ainsi, après les visites dès l’aurore, tu enchaînais les consultations au cabinet, et quelque soit l’heure tu prenais le temps d’écouter, d’ausculter et de donner.

Tu soignais le nourrisson,  tu soulageais l’aïeul, tu étais LE médecin de famille.

A ta famille, à tes patients, à tes confrères tu donnais .

Tu étais un oncle et un médecin remarquable, unique, exemplaire, généreux.

Nous te remercions pour tout ce que tu nous as transmis.

Repose en paix

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s