« Maman, je ne veux pas faire le vaccin ! »

vaccin

Petit bonhomme, du haut de tes 6 ans et des brouettes, tu n’en mènes par large. Le rappel de vaccin tu dois aujourd’hui recevoir, et depuis ce matin tu attends notre rencontre avec appréhension.

Tes parents t’ont manifestement briefé et tu essayes de montrer que « tu es un grand ».

De mon côté j’essaye de te mettre à l’aise, on se connait depuis… 6 ans et des brouettes … mais je vois bien que tu me crains ce jour plus que d’habitude. Lorsque je passe mon stétho sur ton petit thorax, ton petit cœur cogne fort, plus vite que la dernière dois… puis malgré mes paroles, nos échanges sur des sujets légers, tu ne rates pas un seul de mes gestes. Tu ne verras pas l’aiguille maudite, mais tu devines entre mes doigts doctes, la seringue au contenant que l’on t’a dit être protecteur, et de vilaines maladies tu seras exempté…

Je ne fais pas durer le suspens, après avoir rapidement vérifié l’absence de contre indication notamment infectieuse, me voilà près de ton bras, et te demande de le détendre, le ramollir au maximum. Tu fais un geste d’évitement et ta maman te tance alors, et tu t’immobilises vaincu… tu réagis à peine quand le biseau traverse ton jeune derme, et tu fermes les yeux lorsque le produit diffuse dans ton bras…

Ce geste il est léger, banal,  techniquement simple pour moi, beaucoup moins invasif qu’une pose de perf, qu’une ponction lombaire, une suture, mais pour toi petit père qui n’a pas vraiment encore l’âge de raison, mais dont la cervelle est suffisamment développer pour laisser toutes sortes de craintes s’installer et faire tempête sous un crâne vierge, qui a oublié les injections faites nourrisson, tu paniques.

Lorsque je retire l’aiguille et te félicite pour ton courage, tu me souris nerveusement et tu essuies rapidement les quelques larmes qui ont remplis tes beaux yeux de bambins effrayés.

Tout est relatif, il y a des choses certes plus grave, plus sérieuse dans la vie, mais pour un petit de 6 ans l’inconnu est parfois insurmontable. Le toubib qui est souvent témoin et acteur de situations humaines dramatiques doit faire l’effort de s’adapter devant cette heureuse et éphémère innocence.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s