Obligation d’information ? Et l’humain ?

Souvent je me remémore les paroles d’une patiente… Elle est revenue avec son jeune fils de 8 ans avec les résultats de l’échographie cardiaque que je lui avais prescrite. Le souffle paraissait « fonctionnel », bénin, mais ayant un petit doute j’avais préféré lui demander cet examen. J’avais, semble t il, pris le temps d’expliquer mes motivations à la maman, et la rassurer sur les faibles probabilités d’une pathologie « organique »…

Mais cette pauvre maman a vécu l’attente de cet examen dans la tourmente et l’angoisse… et m’a clairement dit que mes paroles n’avaient pas été suffisamment rassurantes et ma prescription terriblement anxiogène.

Depuis, son fils, que j’examine annuellement, est toujours en pleine forme, et sa maman m’a pardonné.

Mais j’essaye de ne jamais oublier son message. Malgré l’obligation d’information, le patient (ou sa famille) n’entend pas toujours ce qu’on lui dit, ou le message du médecin n’est pas toujours adapté… comme ici.

Publicités

Soigner sa famille

scannerCe week-end fut une parfaite déconnexion de ma routine de toubib. Et j’ai pris mon lundi ! La ville de Gant est superbe, et ma tendre moitié a le don incroyable pour nous trouver des locations et des sites merveilleux.

J’admire aussi son courage. L’ échographie que je lui est prescrite quelques jours auparavant, et la réponse de ma consœur spécialiste lui (nous) a fait envisager le pire. S’est greffée une fièvre « zarbi »chez fripouille. J’avoue, je suis un anxieux, un hypersensible, et dès que l’un des miens est souffrant et le diagnostic corrélé à l’évolution ou aux examens complémentaires, j’angoisse.

Je soigne les miens depuis toujours. Parce qu’ils me font l’honneur de me faire confiance, parce que c’est plus simple d’intervenir en direct pour eux comme pour moi, parce que j’ai l’outrecuidance de penser que mon diagnostic n’est pas trop mauvais… mais ce n’est pas facile, car j’envisage toutes les solutions, que je garde le plus souvent pour moi.

Alors ce week-end, assurément, ma moitié m’a bluffé. Quelle maitrise, quel courage, quelle abnégation ! Les femmes sont extraordinaires, les femmes sont courageuses, les femmes sont extraordinairement courageuses ! Et la mienne encore plus !

Cet après midi l’IRM est rassurante. Tandis qu’elle était sous ce grand aimant bruyant, le labo m’appelle pour un patient… résultat nécessitant une action. J’appelle le patient (je ne suis pas supposé travailler le mercredi après midi) … il est très mécontent de mon absence de lundi, qui…, et qui… peu importe !

Peu importe, le radiologue nous convoque,  l’IRM de ma moitié est rassurante… et fripouille n’a plus de fièvre !

Dans la salle d’attente, l’image détournée d’une coupe de scanner, comparée à une demi clémentine nous a amusés…

Carpe diem !